GTA:SA jeu multijoueur. Adresse IP du serveur: server.cmlv-rp.com:2600

Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Mer 4 Juil - 19:44




Introduction



* Sur la photo un tatouage BB22 & un XXIV sont visibles sous les yeux, un "24" sur le crane, de multiples cicatrices, des larmes, une énorme balafre sur la joue.*

Ça c'est moi, je m'apelle Rafael Ortiz et j'ai 30 ans, fils d’immigrés et d'alcoolique, Ex taulard, cette goute à l’œil que vous voyez sur l'image ci-jointe c'est un gars en prison qui me l'a faite, un vétéran Bad'B. J'me faisais appeler El Ninö qui veut dire " l'enfant ". J'traine souvent dans les rues avec les mêmes fringues pour que l'on me reconnaisse étant un dealer d'exception ey'! J'ai toujours mon calibre sur moi accompagné de mes kilos de poudre que je consomme quelques fois.. Non je suis assez dépendant de cela mais il faut me prendre au sérieux. J'fais 2 mètre et 100 kilos et des poussières, de faire éventuellement peur.



Chapter One : La naissance d'un futur gangster



T'as déjà eu un couteau dans le coeur? C'est l'impression que j'ai eu quand mes parents m'ont dit qu'il ne me raconterait jamais l'histoire de ma naissance.. What the hell?! Ouais j'peux rien vous dire de ces années là, j'peux pas me souvenir de ça tout seul quand même.. J'vais raconter ce dont je me souviens vaguement de mes premières années. J'avais des difficulté à l'école, je détériorais du matériel, j'en volais, je racontais des fucking bobard à tout le monde et je me foutais de leur gueules, j'étais déjà ce que l'on apelle " une terreur ". Quand je suis rentré en école secondaire je me suis mis à trainer avec des mauvais gars qui eux était déjà plus grand, ils me prenaient pour leur larbin mais moi j'étais bête comme tout à cet age là, je pense même avoir toucher de la coke pour la première fois inconsciemment, ils me disaient, va chercher si, apporte moi ça, va donner ça au gars laba mais moi j'me sentais puissant à coté d'eux et surtout en sécurité, sans eux à mon age j'aurai été perdu en effet une semaine après mon entrée dans ce Lycée j'étais ce que l'on appelle une cible facile. Je me rappellerais toujours de ce groupe d'afro américain raciste jusqu'au bord qui voulais me dépouiller avec leur petit knife de merde, évidemment moi qu'est-ce que vous voulais que je fasse apart subir? J'étais en train de leur donner quelques pièces, je n'avais rien grand choses à donner j'allais à l'école en sandales et en short à tout les temps, le groupe avec lequel j'ai trainé par la suite et venu me sauver entre guillemets, c'est depuis ce temps là que je traine avec eux et que j'me sentais puissant damn.
Chapter Two : Les années passèrent

Ouais les années passent et je suis de moins en moins présent à l'école, mon cahier devient un " Cache-Coke ", dans mon language je l'appelais et l’appellerai toujours " Libro màgico " qui signifie " livre magique ", je traine toujours avec la même bande à s'défoncer la gueule du matin au soir, nos journées c'était deal, coke, alcool, autrement dis je tournais mal mais je m'en apercevais pas et il s'avère que quand j'le saurais ça sera déjà trop tard. J'dealé de plus en plus, toujours incognito, je voyais beaucoup de mes potes se faire arrêter par la police d'une manière anormale, si j'avais le malheur de bouger, je me mangeais un coup de matraque dans la gueule même parfois dans les cojones, ces flics n'ont aucun scrupule j'vous l'dis moi, on passe de petite quantité à grosse quantité, parfois même on allait tirer sur les concurrents potentiels qui s'approchaît de trop de nôtre territoire, c'était devenu la jungle tout le monde voulais la peau de tout le monde, ils allaient même jusqu'à ce passer sur le corps entre potes, même notre bande et j'le voyais ça mais moi j'men foutais complétement du moment que mon argent rentrais dans mes poches, j'les avais bien lourdes à ce moment là, bien lourdes. Quelquefois je voyais les potes mal me regarder, c'était dû au max de blé que je me faisais pendant qu'eux était trop préoccupé à l'idée de tuer des concurrents même parfois des clients. Inutile de dire qu'ayant 17 ans j'étais le maillon faible à coté des autres personnes.
Chapter Three : Le passage de la rue à la prison



L'argent rentrait énormément, les junkies revenait heureux et en redemandaient, j'étais au paradis coté illicite, un jeune de banlieue qui arriver à ce renflouer les poches sans effort ça n'étais que spectaculaire, je voulais toujours vendre plus, c'était devenu un vice qui allait plus tard me couter ma place. j'était posé toujours sur le même coin, et là je vois qui s'approche un potes Bilie, un pote à moi certainement le plus proche que j'ai de la bande, c'était le boss de la bande j'ai envie de dire, tout le monde l'écoutait et le respectait. Il me susurre à l'oreille quelques mots " Ey' vato, ça te dirait d'aller livrer en quantité ? " C'était comment dire.. Un privilège étant donné que je voulais toujours vendre plus, j'ai accepté sans hésitation mais je ne m'était pas rendu compte des risques que cela occasionné. J'me prépare, j'met mes habits, j'prend mon joujou et je me dirrige vers Bilie et son burrito noir, une longue discussion s'entamèrent et le jugement avait été abdiqué, je partirais seul, avec dans le coffre 20 kilos de poudre. Seul.. Damn j'aurais dû me rendre compte qu'il me tendait un piège comme j'étais le plus riche de cette bande et du quartier.
Je suis partit tranquillement juste après cette discutions en Burrito, et je devais me rendre dans un quartier fréquenté en nombre par la Police et les Bloods. J'venais juste de passer un pont, j'étais sur le point de me garer quand j'aperçu une voiture de police me faisant signe d'arrêter mon véhicule, dans ma tête je savais que s'en était fini de moi.. Que j'allais séjourner en prison pour le reste de ma vie, je me suis garé sans poser de question pour ne pas aggraver mon cas. Le policier ouvre ma porte coté conducteur et demande à voir le coffre sans même me demander mes papiers soit dit en passant que je n'avais pas non plus, il se dirige vers le coffre et aperçoit des sachets en nombre, il n'a même pas hésité plus de 2 seconde avant de me pointer avec son arme a partir de ce moment je savais que s'en était fini de la richesse. Il m’amène au poste de police et me fait passer une déposition, j'était extrêmement tenté de lui balancer ses fils de pute de gars mais un gangster ça ne balance pas donc je me suis tût. J'ai pris 10 ans de prison avec sursis.
Chapter Four : En taule pour un sacré bout de temps



J'savais que j'devais rejoindre un clan pour espérer rester en vie et intact.
Mon arrivée en prison ? J'dirais pas laquelle car j'ai aucunement envie d'le faire. J'arrivais accompagné des gardes et de plusieurs détenu qui était avec moi dans le bus, parmi eux un certain Bad'B, recouvert de tatouages de la tête aux pieds, c'était vraiment impressionnant, on dirait que tout le monde avait peur de lui.. J'étais dans la file avec lui et on peux dire qu'il donnait des frissons. Il ne m'avait pas adressé la parole mais il m'avait fait un clin d’œil en passant devant moi. Je suivais le garde qui n’emmenais à ma chambre, j'ai posé mes affaires et j'en suis ressorti de suite. En ligne devant chaque cellule les garde scrutaient les parages pendant que d'autres nous fouillaient désagréablement, celui qui était en charge de moi commençait à fouiller ma bouche en y incrustant son doigt, d'un coup d’adrénaline j'lui ai mordu son fucking doigt, il était en sang le pauvre, c'était marrant à voir mais je savais que je n'allais pas rire longtemps, j'ai directement était mit au sol par plusieurs gardes et il m'ont emmené au cachot, premiers jour et déjà en isolement, franchement ça n'pouvais pas tomber plus mal.. Entre la bouffe dégueulasse, les cafard, la pisse, il n'y avais vraiment rien à foutre de beau, comme dans les films de taulard j'ai essayé de faire des pompes, j'me suis relevé aussi vite, franchement ça m'attirait pas ça, j'préfèrais de loin les calibres.. Une semaine passa, et enfin le garde avait décidé de m'ouvrir la porte, aveuglé par le soleil je me mit à cacher mes yeux, sortit " de force " par le garde en chef. C'etait l'heure de sortir dans la cour, ont se mit encore en rang pour nous faire fouiller, pas de doigts dans la bouche cette fois, ils avaient compris à qui ils avaient à faire.
Chapter Five : Les combats, le respect



Ont sort dans la cour pour y passer une ou deux heures, je vois plusieurs blacks me dévisager, je me met dans un coin quand soudain j'entendis la voix de Bad'B disant de m'approcher de lui, j'mapproche de lui et il me raconte qui il est, qu'il ne fallait jamais s'approcher du coin des noirs, que c'etait très dangereux, et qu'ont pouvait y perdre quelques choses. Ont était posé tranquillement à coté du banc de développé couché quand ont aperçut deux personnes ce livrer un combat entouré des membres de la prison ainsi que des gardes. Putain ça c'était géant quand même.. En prison des baston, autorisée par les gardes. Le vainqueur gagnait toujours quelques choses en plus que ses cicatrices, ouvertures, égratignures, sueures. J'mapprétait à aller demander de m'inscrire à ces combats pour rester en forme et pour montrer qu'au bout de mes 19 ans j'étais devenu quelqu'un d'autre, de plus fort, quand Bad'B s'est avancé et à fait la démarche à ma place.
C'est bon j'étais inscris pour ces combats sans pitié au cœur de la prison même.
Les semaines passèrent et je voyais que Bad'B se faisait respecter de tous, j'lui posais souvent des questions, pourquoi était-il ici, qu'est-ce qu'il faisait dehors, c'était quoi tous ces tatouages et à chaque fois il me répondait la même choses, c'est à dire " Quand le jour viendra tu le sauras mais pas avant, ne me repose plus la question carnalito. " J'hochais toujours la tête, qu'est-ce que je pouvais faire d'autre de toute façon?

" Si tu veux mon respect, respecte toi toi même. "

Quelle sage parole ce gars là, j'le prenais en modèle sincèrement.
L'heure de mon combat arriva, et franchement le trac montait de plus en plus mais j'avais décidé de tout donner pour prouver à Bad'B que j'étais prêt à recevoir sa confiance. J'était rentré dans le cercle, ça y est je ne pouvais plus revenir en arrière mon destin était celé, je devais l'emporter par n'importe quel manière, j'ai à peine ôté mon tee-shirt que le gars s'était déjà empressé de venir me mettre la première droite, je n'avais jamais été sonné à ce point, c'est quand il voulut me mettre un coup de pied que je l'ai saisit et que je l'ai balançait dans le cercle, je fonçais toujours en y mettant toute ma rage, droite, gauche, uppercut, kick jambe droite, c'était l'enchaînement le plus présent de ma part, on se balançait des séries de coups chacun son tour, Bad'B nous regardait d'un air confiant en me faisant des clin d’œil, le garde fonçait vers moi quand tout à coup mon inconsciemment par reflexe mon genoux à cogné contre son nez.. Je lui avais cassé son nez, j'ai reçu une tonne d'encouragement et de respect, je voyais Bad'B m'applaudir en souriant, c'est comme ça que j'ai compris comment j'allais gagner du respect dans toute la prison.
Chapter Six : Le bouleversement




J'venais à peine de me remettre de mes émotions que l'ont me proposé déjà de refaire un nouveau combat mais cette fois si avec de plus gros enjeu, j'étais dans la cour accompagné de Bad'B et de ses acolytes, ont en a parlé facilement une heure de cet éventuel combat, l'adversaire était un black d'un mètre nonante-huit, j'étais stressé à l'idée de l'afronter, à chaque fois que j'le voyais dans ces putains de couloirs j'en avait les jambes qui tremblait, il me fixait toujours avec son regard noir et sadique, d'après quelques rumeurs il en a déjà mit KO plus d'un les un à la suite des autres, il ne reculait devant rien. J'me souviens de ma parole pitoyable que j'avais dites aux mecs avec qui j'traînais, plus j'y repense plus j'me dis que c'est peut être à cause de ça que j'ai fini comme ça, j'leur avait dit -" Damn, tu crois que j'ai peur de lui ? J'ai peur de personne moi et je vais l'achever comme l'autre vato! ". J'étais prêt mentalement pour le combat j'avais pas peur, le gars il se faisait apeller Born, il était connu de la prison, j'avais même pas imaginé l'ampleur de ce combat..

Le jour arriva, et moi comme lui on s'étais avancé dans le rond prêt à combattre, il recevait les conseils de ses potes, moi j'pensais pas en avoir besoin, quand le combat commença, j'ai été le seul à foncer, lui il m'attendais en fronçant les sourcils, j'ai à peine lancé mon poing vers son visage qu'il avait déjà esquivé pour me mettre un coup dans le ventre, mon dieu quel vitesse ce gars là. A partir de ce moment là j'ai regretté d'avoir sous-estimé ce gars là, j'ai même pas eu le temps de me relever qu'il m'avait déjà asséné plusieurs coups rugueux au visage, heureusement que Carna, un autre boy de Bad'B était là pour l'arrêter ou sinon je finissais en bouffe pour chien.
J'pensais que ça en était fini de mon respect, envers tout le monde y compris Bad'B, après cette incroyable défaite, putain j'avais même pas réussi à lui faire subir un coup c'est inadmissible, j'avais honte de moi alors j'ai laissé couler cette histoire pendant deux semaines le temps de me rétablir. Je retourne auprès de Bad'B et sa bande la tête baissée, et il a commençait à parler - " Pendejo, t'as trop voulu faire ton malin voilà ce qui arrive, je suis à la fois content pour toi mais je vois mon honneur bafoué par ton manque de reflexion carnal. " J'lui ai rétorqué tout de suite sans réfléchir " Donne moi quelque chose j'vais l'buter pour me venger, damn! " -" T'as rien besoin juste de tes poings vato, récupére ton honneur ". J'voulais l'écouter mais face à cette montagne de muscle je n'avais d'autres choix que de le liquider a la lame. J'ai courru à toute vitesse dans ma cellule, j'ai pris la lame de rasoir et j'lai cachée dans mon cul, j'suis ressortis aussi vite et j'métais empressé d'aller voir Born et de lui asséner un coup de lame pour lui sectionner sa carotide, c'était pas beau à voir, il s'est vidé littéralement de son sang en 5 minutes. J'suis retourné voir Bad'B en lui disant que j'lavais fait, il s'est empressé de me faire cette goutte en dessous de l'oeil.
Chapter Seven : La mort de Bad'B



J'pense que j'métais enfin intégré à cette bande de gars là, eux qui n'avais jamais d'ennuis avant que j'arrive, car dès que je suis arrivé les potes à Born sont tout de suite venu auprès de moi pour commencer à me questionner, j'métais dis que c'était la fin quoi, ils savaient que c'était moi l'coupable, qu'ils avaient retrouvé la lame et qu'ils voulaient m'buter, enfin bref j'métais imaginé le plus pire, mais j'avais des bonne personnes pour m'proteger. C'est Bad'b qui a prit l'affaire en charge et qui m'a défendu auprès d'eux avec confiance et compétence il s'exclama " Bon les deux gignols là, c'est moi l'assassins vous allez faire quoi ? Allez filez bande de trou du cul. ". Les deux gars sont repartit aussi vite qu'ils étaient venu mais je savais que cela n'était pas fini.. " Eh merci man pour ça.. Mais tu pense qu'ils vont rester sagement laba? " - " Laisse moi faire, t'occupe pas, de toute façon ils ne viendront plus ".
Le jour suivant, comme d'habitude j'me levais, me lavais et partais pour le préau il manquait quelqu'un à l'appel et devinez qui.. Bad'B, j'metais tout imaginé s'jour là, damn ça trottait dans ma tête..
Le garde, lui ils nous connaissait et c'est lui qui est venu nous annoncer la nouvelle, on était tous sur le cul, qui aurait eu le courage de s'attaquer à lui ? Pourquoi ?
Chapter Eight : A chaque nouvelle une conséquence, libération


Directement après la mort de Bad'b tout les gars parlaient sur mon dos, ils se posaient sur le coté et parlaient sur moi.. Des choses comme ça, ça se sent. J'me sentais mal car j'savais que c'était ma putain de faute, fallait que je sorte d'ici au plus vite, il me restait 1 ans mais j'devais sortir avant, en liberté conditionnelle sinon j'allais crever dans pas longtemps.
On m'proposait toujours les combats mais à chaque fois j'réfusais de peur de ne plus jamais sortir ou autres trucs du genre, j'ai demandé à aller voir le directeur pour faire les démarches obligatoire afin de sortir d'ici et le garde m'y a emmené.
Arrivé dans le bureau du directeur j'expliquais mon soucis et mon envie de sortir de cette cabane, qu'il me restait qu'un ans et que j'avais besoin de sortir voir ma famille etc.. Balivernes puisque je m'en foutais complétement c'était juste pour survivre.
Le directeur me fit signer plusieurs papiers afin d'aller au tribunal sans encombre.
Le lendemain je connu la date de ma présentation au tribunal et j'me suis dis que j'allais tenir pour pouvoir enfin sortir mais les prisonniers eux ont sut que j'allais partir dans pas beaucoup de temps donc ils sont passé à l'attaque. Pendant 2 semaines j'ai vécu un enfer comme jamais je n'avais vécu durant tout le temps que j'étais ici, entre coup de baton, coup de pierres, de pots de chocolats, je savais que la lame allait arriver bientôt.. J'me suis mit à chercher quelques chose pour me défendre des gars de Bad'b, j'métais fabriqué une espèce de lame avec du bois et un rasoir, j'étais prêt à tout pour être vivant et libéré.
Les jours passèrent et c'était l'heure du diner, j'prenais pas mon truc au diner car ya des fourchette, ya tout s'que j'voulais, un chicano s'est approché de moi et m'a planté dans le dos sans même avoir le temps de réagir j'suis tombé comme une mouche.
J'me suis réveillé en infirmerie mais là j'étais sûr d'être en sécurité, il m'ont gardé une semaine le temps de préparer ce que j'allais dire au tribunal ensuite ils m'ont relaché le jour J pour aller me présenter au juré.
J'étais enfin là, stréssé, menottes aux poignets, je ne souhaitais qu'une chose, ma libération. Le débat se faisait de plus en plus rugueux, le stress se fit sentir mais en fin de compte il ont bien voulu me laisser sortir, puisque ma peine était avec sursit. L'éclatement de joie que j'eu à l'intérieur fit énorme, j'me suis sentit enfin comme avant.. LIBRE.
Maintenant que pouvais faire un homme de 25 ans seul, à la rue, sans famille ?
Chapter Nine : Que faire? Vers où se diriger ?


Je n'avais pas de famille pour m'acceuillir donc j'ai dû faire un choix.. Où un homme de 25 ans pourrait-il aller ? Sans aucune tunes, j'étais vraiment perdu dehors, j'avais réussi à prendre mes repères à l'intérieur..
J'suis sortit de la prison, ils m'ont laissé sans argent rien, j'ai dabord tenté de faire du stop mais vous connaissez les gens, personne ne s'est arrêté et a dénié m'aider, j'ai dû monter dans un bus en me faufilant dans la foule qui eux aussi tenté de rentrer. A peine monté dans le bus que tout l'monde me dévisagé, évidemment un taulard dans un bus directement les préjugés jases, enfin bon, pendant tout le trajet j'réfléchissais à une putain de manière de m'en sortir, qu'allais-je faire?
Quelques minutes plus tard, manque de bol, il fallait qu'un putain de contrôleur fasse son entrée dans ce bus, j'ai étais contraint de descendre prématurément à Ganton, plus précisément à l'avenue Cyclonès. J'avais même pas de bagages, j'suis descendu vide sans un rond, j'métais affalé sur le trottoir cogitant pour mon avenir.


Chapter Ten : Les gars de l'avenue Cyclonès


J'étais là posé sur le trottoir quand plusieurs mecs ont débarqués, des latinos, ils me posaient plusieurs questions sur ma vie, moi bien sûr j'déballais rien, je répondais le minimum possible pour ne pas paraître désagréable alors que je venais juste d'arriver dans ce quartier, de plus je me doutais que ces personnes était des gars respecté ici.
Non mais sérieux j'étais dans l'impasse, obligé de me faire de nouveaux potes, de plus j'voulais retomber dans le trafic afin de gagner un peu de blé, les gars là ils n'étaient pas net j'le voyais à leur démarche, leur attitude, leur façon de parler, leur tatouages etc..
J'ai fait connaissances de plusieurs gars dont un qui s'est fait buter il n'y a pas longtemps, Julio.. Dommage un bon gars ce mec, j'avais des affinités avec lui et cet enfoiré me doit toujours mon putain de knife.
J'avais l’impression que ma vie était repartie, je dealais comme avant, j'me faisait un max de blé, les affaires marchait impeccablement, en bref c'était le come-back rêvé.
J'métais trop vite installé pour quelques personnes je pense.. J'monopolisé le deal dans mon coin à moi, les autres dealer n'avaient plus aucun clients, ce qui devait arriver arriva, ils ont débarqué à Cyclonès, et ont commencé à me virer à plusieurs, j'suis pas un putain de cascadeur, j'suis partit, putain de black de merde.
Au moment de mon retour, plusieurs de mes potes essayait de les chasser, sans y parvenir, j'suis intervenu et j'ai commencé un putain de dialogue avec un négro. " Putain, tu deal pas ici mec, moi j'men fou complétement, tu piques mes clients et j'aime pas ça, dégages, tu m'suit ? " - " Ouais, fait gaffe à toi, t'aurais pas dû toucher le p'tit ", putain j'savais même pas de quoi il m'parlait ce mec..
J'ai repris le deal sans me soucier de ces paroles en l'air et j'ai recommencé à me faire un max de thunes.
Chapter Eleven : L'accident



C'était une journée totalement normale, entre le deal et les paris de pognon, j'faisait ça en attendant d'aller à l'entrainement de MMA qui lui était prévu à 22 heures, j'me serais jamais douté de c'qui allait m'arriver putain de merde. L'heure arriva j'me suis empressé de chevaucher mon vélo afin de retourner chez moi et de préparer mon sac de sport, j'roulais assez vite à plus ou moin 45km/h, c'est quand j'passa sur les rails qu'une voiture de police de type Bullet m'a projeté sur les rails à 10 mètres de la collision, le comble c'est que ces putain de policiers ne se sont même pas arrêté pour prendre de mes nouvelles, du n'importe quoi, ONT DOIT BIEN ROULER ET SES FILS DE PUTE FONT CE QU'ILS VEULENT? ( Ecris ça en majuscules mec, j'ai envie que les gens voient ma colère ).
J'étais là, affalé sur les rails prêt à me faire écraser par un train, j'ai juste eu le temps de ramper jusque sur la route et d'agoniser là tout seul. J'métais évanoui et quand j'eu le plaisir de me réveiller j'étais à l’hôpital couvert de sang de la tête aux pieds, une migraine d'enfer et je ne sentait plus mes jambes, évidemment c'est parce que les médecins ont dû me réanimer deux fois aux électrochocs, enfin d'après le médecins.. J'avais retrouvé l'usage de tout mes membres sauf mes jambes, j'les sentais plus du tout, j'avais très peur, trop peur même.
Après plusieurs heure en salle de repos afin de me détendre et de me relaxer l'toubib s'est ramené pour m'expliquer que j'devrais être en chaise roulante pour 6 mois - 1 ans environ, la grosse merde, vous avez déjà essayé de prendre le bus en putain de chaise roulante? Moi j'ai du le faire pour rentrer chez moi de l'hospice. Un jour inoubliable dans le mauvais sens du terme, jamais je ne souhaiterais revivre ça.
Chapter Twelve : Conejo, un gars à part


Le gars dont j'vais vous parler était bisard dès l'entrée, il criait, courrait, se moquait, insultait, en bref c'était un gars à part.
Journée normale comme d'habitude, je sortait de ma maison ou un gars m'y attendait tranquillement, un gars avec qui j’aimais bien trainer car il comprenait la situation dans laquelle j'étais en putain de chaise roulante. En bref, je parlais avec lui quand ce certain Conejo arriva en voiture et commença à me narguer. J'étais en chaise roulante et alors c'était une raison pour commencer à m'insulter? Je ne me suis pas laissé faire comme d'habitude. Il voulait me couper les putains de jambes avec son burin et son marteau, j'voulais pas moi merde, j'allais bientôt être remis sur pieds.
On se sortaient des tas d'insultes provocant un conflit entre nous, il se moquait sans cesse et moi je répliquais sans cesse, donc une bataille interminable. J'ai préféré partir pour ne pas faire quelque chose que j'aurais pu regretter par la suite.
Chapter Thirteen : Le jump-in


Wow, quelle folle aventure dans laquelle je m'étais embarqué, Pab m'appelle pour sois-disant une embrouille à régler et voilà que je me met dans une situation torride, tout le monde me ruait de coup j'ai absolument rien compris, sa venait de partout donc j'étais obligé de m'allonger et de couvrir mon visage afin de ne pas recevoir trop de coup dans celui-ci. C'était chaud putain. Ont m'a tendu relevé, je ne tenait presque plus debout puis ont m'a donné l'accolade signifiant l'appartenance au groupe, c'était top.


Chapter fourteen : Devenu respecté.




Les jours passèrent ainsi que les mois et que les années et je me faisait de plus en plus respecter, disons que j'était devenu quelqu'un d'important, j'ai montré que je savais me servir d'un putain de brolique et que je savais défendre mon territoire contre ses putains de nègres de ganton, plusieurs fusillade et je m'en suis toujours sortis, jusque là je prie dieu pour rester le plus longtemps possible en vie pour protéger ma bande et mon frère. C'est incroyable tout ce que tu fais peut influencer les plus jeunes, les figurants, à chaque geste il t'observe donc t'as pas intêret de te louper, moi j'ai toujours été quelqu'un de posé avec qui ont peut s'amuser donc je les mettait en confiance jusqu'au Jump-in, là ou ils perdaient toute dignité pendant l'espace de 5 minutes. Ont me respectait enfin à ma juste valeur!


Chapter Fiveteen : La dissolution de l'avenue.


Les jours s'enchénérent et les problèmes avec ses noirs continuaient de s'aggraver, on en avait plus qu'assez de devoir risquer notre vie pour rien alors qu'on pouvaient régler ça avec le temps et avec l'intelligence. On avait décidé de partir quelque temps et de faire notre argent pour revenir dans un an, plus fort, plus respecté et beaucoup mieux armé. De mon coté je suis retourné vers la Colombie ou j'ai effectué beaucoup de travaux pour des Cartel j'était l'homme de main extérieur, ils me laissaient gérer quoi, je faisais ça pour avoir ces contacts là et pour les utiliser dans un an, chaque jour qui passait je voulais retourner à l'impérial car mes potes me manquaient, chose qui allait être faite dans pas trop longtemps.


Chapter sixteen : Impérial avenue cyclonès XXIV deuxième génération (le retour aux sources).




Le retour en force j'ai envie de dire, le retour aux sources, putain j'me rend compte que j'suis revenu sur cette putain d'avenue Cyclonès, elle avait pas changée du tout cette rue mis à part le changement de groupe de putain d'noirs, des singes se cassent et d'autres refont surface, on va faire avec car nous sommes quand même devenu beaucoup plus fort et plus important.
On a perdu des mecs en cours de route, je pense a Swizzy, Pab'G, Fuzito, Autoradio, Tawny mais on avait gardé des mecs digne de confiance comme Diggie, Rique, Phénom & donc moi, on va reconstruire notre putain d'bande à nous quatre, nous allons voir ce que nos nouveaux cohabitants sont capable de faire contre nous en tout cas ce qui est sûr c'est que moi et ma putain de bande on va pas s'laisser faire par ces mayates. On va reformer le putain de Cyclone qui ravagera une fois de plus compton!
Chapter seventeen : Rique & Séto ?



On revient à peine sur cette avenue qu'on doit nous imposer sans perdre une seule seconde de notre putain d'vie donc moi et Rique on parle de plusieurs choses notamment des perdus en cours de route, on s'demande ce qu'il leur est arrivé et tout mais le plus important c'est qu'on est dans la merde d'argent donc on parle surtout d'affaire et du putain de réseau qu'on va monter sur cette avenue très spéciale.
Bien entendu j'me place devant pour être le chef du réseau car j'suis la seule personne en qui Rique peut avoir totalement confiance et ça il le sait puisqu'il n'a opposé aucune résistance.
Le groupe se forme et j'attendais vraiment la bonne personne avant de confier mon gagne pain à n'importe qui, biensur que mon frère faisait partie d'mon groupe mais il y avait un gars en qui j'avais confiance qui se démarqué des autres et vu que le temps pressait un petit peu j'lui ai fait confiance et j'avoue avoir bien jugé la situation car il nous a apporté à moi et Rique un max de pognon. Pour le moment on vend que des grosses quantités de cannabis afin de voir si le réseau tient vraiment la route, par la suite je sent qu'on va passer aux choses sérieuses. Le retour du Cyclone s'annonce tellement fort.
Chapter Eighteen : C-Killa? Graffeur?



J'ai toujours eu un petit don pour le dessin étant petit et j'ai décidé de le mettre à l'oeuvre afin d'aider cette ville à être plus jolie, et biensûr je compte réussir sans me faire chopper et surtout en me faisant connaître dans le monde entier, que je passe à la télévision etc..
J'me suis donné le nom de C-Killa pour bien faire comprendre à ses enfoirés de crips que j'serais toujours là pour les pourrir et surtout pour montrer à tous que je les baises tous.
Dans moin de 1 ans mon nom sera reconnu, mon logo s'imprégnera sur tout les murs de cette ville et Ganton sera réputé pour créer les meilleurs tag de ce putain de pays, la vie d'artiste.
Chapter Nineteen : Maladie cardiaque, elle revient pas à pas.

"Gémir sur un malheur passé, c’est le plus sûr moyen d’en attirer un autre." W.S

Les affaires roulaient toujours autant, chaque jour j'avais une entrée d'argent, mon crew s'était mit en place et m'apportait un max de billets mais un problème refaisait surface. Quand j'étais petit je souffrais d'une maladie cardiaque sois disant passagère.. Mon cul car elle est revenue à la charge il y a de ça 1 mois, j'en souffre terriblement, personne ne peut me comprendre, j'essaie tant bien que mal de la cacher mais cela reste impossible, surtout que je dois tout faire pour protéger mon quartier du mieux que je peux donc je n'ai vraiment pas le temps de me morfondre. Je n'ai pas envie d'aller voir le toubib, ce -puto- va encore me prescrire des conneries a avaler comme un putain d'fou et surement m'coller à l’hôpital.

Mais parfois je me dis que je devrais vraiment aller me soigner le plus vite possible car à chaque pic au cœur j'ai de PLUS en PLUS mal et surtout ça devient encore plus fréquent, les "pics" se produisent généralement quand je reçois une trop grosse charge de stress ou quand je m’énerve un petit peu de trop, merde j'peux même plus m'disputer avec ces putains d'vato qui veulent nous voler notre territoire sans avoir une gêne au niveau du cœur.
J'vais essayer d'en parler à mon frère voir ce que je pourrais faire pour que ça aille mieu et puis lui expliquer que si je venais a mourir c'est lui qui prendrait ma place de REAL GEE sur l'impérial.

Que dieu me protège.
Chapter Twenty : Impérial Dizzle Crew XXIV.



Que dire sur l'IMPERIAL DIZZLE CREW XXIV.. Et bien on va commencer du commencement.. J'vais vous faire une sorte de flashback.

Tout à commencé au début de l'Impérial Avenue Cyclonès, la bande d'amis qui s'était formée et qui était devenue un grand nom dans les fichiers du LAPD, le gang dealait à sa manière mais était très désordonné, les GANGSTERS comme les habitants dealaient chacun de leurs cotés, personne n'était au courant de rien et tout le monde pouvait se faire chopper un jour ou l'autre sur un simple contrôle de routine car oui, tout le monde avait pour minimum 15 grammes de cocaïne sur lui et personnes ne trouvait ça louche.. Fat'C lui avait une vision totalement différente du deal et trouvait que les GANGSTERS ne devait pas se trouver en possession d'autant de substances illicites sur eux, on peut le comprendre, il a quand même vu des assassinats et des arrestations à cause de cette merde, mais cette merde était essentielle pour le bon fonctionnement du gang.
Fat'C a alors créé sa propre bande de deal en poussant Pab'G à autoriser l'emplacement de son réseau. Il s'est fait petit à petit et a commencé à fournir beaucoup plus d'argent a l'IAC en mettant en place un système très ingénieux, le corner de l'Impérial Avenue était actif du matin au soir et les membres gardait un œil sur celui-ci, plusieurs descente de policiers se sont effectuée à cet endroit mais ils sont tous rentrés bredouille, vous voulez savoir pourquoi? Grâce au fameux système de FAT'C.
Il existe deux sortes de dealer, le dealer fixe et le dealer mobile, le dealer fixe et celui qui est le plus apprécié du patron, il s'occupera juste de rester au même endroit du corner et de refourguer la marchandises rapidement, il sera aussi capable d'éviter a tout prix la police.
Le dealer mobile est celui qui bougera dans toute la zone de deal de l'Imperial Avenue, il se contentera d'amorcer les clients afin de refourguer lui aussi sa marchandise, il doit être très vigilent vu qu'il est mobile.

Un dealer n'avait JAMAIS sa marchandises sur lui, il se servait simplement d'un "RUNNER" comme un bouclier, le rôle du runner consiste à apporter la marchandises quand il reçoit un message du dealer, il se doit d'être rapide et toujours disponible sinon le deal ne peut pas fonctionner, c'était aussi souvent un outsider du gang.

Le système de FAT'C marchait très bien, tellement bien qu'il attirait tant de convoitises, les gangs ennemis, les policiers, les mafieux. L'IDC s'est envolée avec FAT'C lors de sa disparition.

Je ne vais pas vous laisser là comme ça.. Si je vous parles de ça c'est qu'il y a une raison, c'est moi qui a repris l'IDC XXIV, j'ai gardé les mêmes règles en changeant un peu les endroits de deal, en changeant la méthode de deal.
Sous mon aire, les RUNNERS ne savent pas ce qu'ils apportent au dealer, tout est mit dans une balle de tennis, il y a un chiffre dessus qui signifie la quantité de grammes postés à l'intérieur de celle-ci, on en fait des 10, des 5, et des 2. Depuis que j'ai repris le réseau en tant que patron l'IDC reprend petit à petit sa marche en avant et recommence a ramener de l'argent en masse.
A l'heure d'aujourd'hui on compte que 5 deals se réalise par jour mais bien-sur ce n'est que le début, nous allons bientôt commencer les CUETES, c'est un truc qui marche tellement bien que je me sens obligé de franchir cette étape. Mais pour le moment il faut que je reste vigilent et intransigeant avec mes membres, j'ai eu une personne qui a tenté de me voler mes biens et elle a finis dans l'égout, déchiqueté par mon chien.
Aujourd'hui ne réseau compte un patron, trois membres du gang et un outsider.
Chapter twenty one : L'ordonnance du médecin..



L'ordonnance du médecin, le déclencheur de ma guérison et de ma vie, je me sentais de plus en plus mal mes proches s'inquiétaient de plus en plus et je m'affaiblissait jours après jours, c'est un grand tournant dans ma vie cette ordonnance car je ne pensais jamais aller au docteur pour cette maladie qui pourtant me tuais à petit feu, c'est sans compter sur la femme que j'aime le plus au monde, son soutient, son amour que j'ai daigné aller voir ce docteur un poil peureux.

Le docteur m'a diagnostiqué une maladie très importante au niveau du cœur qui revenait pas à pas de ma toute tendre enfance, elle était donc revenue au galop à mes 25 ans, la poisse que j'ai vous allez me dire mais j'ai réussi à m'en sortir indemne grâce à tout le staff médical d'All Saint, il ne m'a fallu que quelques radios, visites et médicaments pour me remettre d'aplomb, la prise de médoc doit se faire tout les jours, donc tout les jours j'avale des tonnes de médicaments en espérant ne plus avoir à le faire bientôt mais malheureusement le docteur m'a bien dit que les médicaments se prendront à vie et que je ne peux pas louper un seul jour sous peine de retomber dans cette maladie encore plus gravement.

J'ai toujours eu de la reconnaissance mais sans ma femme tout aurait été impossible, j'aurais terminé la gueule sur le bitume sans même m'être fait tirer dessus, c'est incroyable la force et le soutient qu'elle m'a donnée, je ne pourrais la remercier d'avoir sauvé carrément ma vie donc j'en parle ici, celle pour qui je tuerais, je suis peut être fou mais un gangster peut aussi avoir une reconnaissance ainsi qu'un amour envers une femme.
Elle m'a fait redécouvrir la vie moi qui n'a jamais été quelqu'un d'attachant avec mon regard haineux et mes attitudes de gangster, il faut me comprendre j'ai quand même perdu ma famille.. Si je perdais encore quelqu'un d'autre je pense que je ne tiendrais pas..
Chapter twenty two : La mort de Gabriel Ortiz..

A toi mon frère, le plus grand de tous je te destine ces paroles.



Gabriel, mon frère qui était ma seule raison de vivre sur terre depuis sa naissance, la personne pour qui j'aurais donné ma vie, la personne sur qui je faisais le plus confiance, la personne sur qui j'avais reposé tout mes espoirs pour qu'il prenne un jour ma relève, mon frèro quoi..

Moi et Gabriel c'était particulier, on faisait tout ensemble depuis tout petit quand maman nous disait d'aller chercher une canette on y allait toujours à deux, en allant chercher la canette on passait toujours dans les zones dangereuses ou on narguait les personnes pour ensuite courir à toute vitesse et quand maman nous demandait pourquoi on courrait, on lui répondait qu'on s'entrainait pour le Basket, on rigolait bien à ce temps là, quand on sortait sur l'Impérial Avenue on croisait toujours des gens avec qui on avait toujours des problèmes et bien sur si un d'entre nous se faisait frapper l'autre arrivait avec n'importe quel objet afin d'aider l'autre... On a grandit très vite, j'ai envie de dire qu'on a vite pris de la maturité à la mort de notre mère qui était la seule à nous tenir tranquille, on a arrêté l'école pour pouvoir trainer avec les gars remplit de tatouages qui trainait sur Ganton.

On trainait sur l'Impérial Avenue toujours ensemble et on se faisait respecter ensemble, presque passé deux ans à trainer qu'on fut initié dans le gang résident sur Ganton, on eu le droit à notre premier jump-in et notre premier tatouage ensemble et on a commencé à grimper les échelon pour devenir des membres respecté de la cliqua. Moi je fondais tout mes espoirs sur Gabriel dans l'IDC mais Gabriel lui se faisait rare, il ne se rendait pas compte de tout ce qui se passait en interne dans la cliqua, les tâches, il ne les faisait pas, les jump-in, il ne les faisait pas, le deal, il ne le faisait pas et pleins d'autres choses, j'ai toujours réussi à le protéger car je m'étais juré devant dieu de toujours veiller sur lui mais au bout d'un moment une discussion entre les trois grosses têtes de l'Impérial dont moi, Diggie et Shady à éclaté, ils ne voulaient plus de mon frère parmi eux, j'ai tant bien que mal essayé de les convaincre mais j'ai fait pire que mieux car il m'ont demandé d’abattre moi même mon frère, vous ne pouvez pas vous imaginer le mal que ça fait, j'ai donc prié pour qu'il ne soit pas sur l'Impérial ce jour là mais comme par hasard il était là à coté de Pépito et j'ai du en terminer avec lui en plusieurs coups de desert eagle. Après cet acte je me suis sentit tellement mal que j'ai versé toutes les larmes que j'avais dans mon corps, j'ai arrêté le sport et j'ai commencé à fumer, mon frère était mort, celui pour qui j'avais envie de me battre, celui qui me donnait le sourire, celui qui à partagé toute ma vie, celui qui a toujours été la pour moi mais je ne peux pas m'opposer à la cliqua, ça reste ma famille et la cliqua doit passer avant tout le monde, je le dis ici, à la terre entière, je t'aime petit frère, je ne t'oublierais jamais, je te rejoindrais surement dans pas longtemps, j'espère que tu ne m'en veut pas trop la haut si tu m'en veut c'est tout à fait normal. Te quiero hermano..
Chapter twenty three : Impérial Boxing Club.



L'Imperial Boxing Club est un club de boxe situé au gymnase de Ganton sur l'Imperial Avenue. Le gérant est Bernie, un homme d'une cinquantaine d'années, il est aussi l'un des coachs du club. Ce club propose des entraînements, des combats & des tournois pour les boxeurs
FLASHBACK

Ce club était une des gloires de ganton il y a une vingtaine d'année, j'ai toujours rêvé d'y entrer mais en parallèle je faisait du basket et les deux sports ne pouvait pas se joncher. Bernie à fait la carrière de plusieurs boxeurs les poussant même jusqu'au niveau pro et aux titres mondiaux, je pense a Abraham Telley double ceinturé champion d'Amérique et champion du monde poids moyen, la grosse période de l'IBC a tenu une dizaine d'année avant de sombrer dans l'anonymat suite à la mort de sa fille. Je vous parle de ça mais ça fait quand même une paire d'année...

A l'heure d'aujourd'hui

Ce club se faisait vieillissant et les membres de plus en plus rare pour de multiples raisons, le caractère de merde du bon vieux Bernie; le manque d'argent, le quartier dangereux. J'ai décidé de lui filer un coup de main en coachant une partie du groupe sachant qu'il peine à arrondir ses fins de mois il n'a pas l'argent pour engager un entraîneur pro mais je dois dire que je me débrouille plutôt pas mal, j'ai déjà repéré quelques boxeurs de talent notamment une fille qui je dois dire peut aller très très loin.

Chapitre TWENTY FOUR 24 : Cecylia



Il étais temps, vraiment temps pour elle de revenir auprès de quelqu'un de stable, quelqu'un comme moi qui arriverait à la garder en dehors de toutes ces mauvaises choses qui entourent cette nouvelle jeunesse, du moins c'est vraiment ce que je pensais.
Pour la petite présentation elle se nomme Cecylia et elle a disparu de ma vie toute jeune quand notre mère est décédée d'une maladie incurable.

Ma petite sœur, la femme de ma vie, celle pour qui je donnerais tout est revenue habiter avec moi pour je ne sais quelle raison, surement que je lui manquais un petit peu, elle est partie le lendemain de la mort de notre mère sans y laisser une trace pas même de lettre, rien du tout, je ne connais aucunement le pourquoi mais je sais qu'elle est partie avec son père, père qui n'est pas le mien ni celui de mon petit frère, a cette époque je trainais déjà dans les rues de ganton, j'étais déjà le membre du gang dominant ganton, tandis qu'elle était encore à l'école et qu'elle recevais des félicitations par centaine de la part de ses professeurs, je l'obligeais à réussir ses années scolaire et je la protégeais comme personne n'aurait pu le faire, ça a peut être du l'agacer à la longue mais je pense qu'elle comprend que c'est pour son bien, sincèrement.

La voilà donc de retour avec moi, les règles nous concernant n'ont toujours pas changé, les relations qu'on engage sont froides sans réelles émotions, chaque jour est une nouvelle dispute et une nouvelle preuve que je ne réussis pas ma tâche de grand frère. J'ai tout essayé, je lui ai proposé des activités, je me suis mis à sa place mais rien n'y fait, elle est vraiment ailleurs, l'adolescence fait des ravages dans son cerveau et on ne peut rien y faire.
L'exemple le plus récent en date reste les photos postées sur netwooks la faisant passer pour quelqu'un qu'elle n'est vraiment pas, c'est à dire "facile, solitaire, sans aucunes valeurs familiales". Un certain Trigger lui retourne le cerveau et la dresse presque contre moi, malgré le fait que je l'ai tabassé devant elle, elle continue de le voir, je ne sais vraiment pas si elle se retourneras contre sa famille un jour, il faut que je mette un terme à sa rapidement.

Retrouveras t-elle un jour la raison? Arrêtera t-elle de me trahir et de trainer avec le gang rival?

Chapter twenty five : Ant's sauvé mais à quel prix?



La c'est une histoire vrai hélas, comme le titre l'indique il s'agit d'Ant's mon bras droit de la clique, un mec assez respecté pour que je lui fasse confiance & que je lui donne tout afin qu'il vive aisément, je compte sur lui depuis le début pour rapporter de l'argent au quartier et faire vivre ses petits, l'histoire que j'vais vous compter s'est passée en pleine après midi alors qu'on s'apprêtait à faire une course sur l'Impérial, Rado qui est un petit d'chez nous avec d'énorme problèmes de justice était dans la voiture d'Ant's au moment d'la course et l'inspecteur en question le fliquais depuis quelques jours en tentant de lui soutirer le maximum d'information sur le gang dans lequel il est et sur des gangs rivaux. L'inspecteur Kehlen l'avais déjà menacé auparavant que si il ne parlait pas on l'enverrait en détention pour mineur, & biensur il est tombé juste au moment ou on faisait une course chié.

Donc la course débute, l'un et l'autre nous nous dépassions, c'était une course vraiment serrée et la l'inspecteur commence à nous demander de livrer Rado à l'aide de son dictaphone, bien entendu je laisse passer Ant's devant moi afin de me caler derrière lui et d'empêcher l'UPS de les percuter, je dois dire que j'ai bien réussi mon coup mettant une voiture de flic hors service & laissant un policier en sang dans la voiture en question au milieu de nul part, peu de temps après je reçois des messages de Rado me disant qu'il a réussi a fuir mais qu'Ant's est dans la merde, il s'est fait chopper et ils l'ont embarqué au commissariat du nord. On ne pouvais pas laisser les flics embarquer quelqu'un de si important dans le bon déroulement du quartier & sans oublier que sur lui il avait approximativement 10'000 dollars de MA marchandise, j'ai donc décidé de réunir mes meilleurs hommes afin de partir en direction du commissariat. Nous étions je pense cinq devant le poste de police à attendre la sortie d'Ant's, nous avons facilement attendu quarante minutes, quarante très longues minutes quand tout à coup nous le voyons sortir, Ed a bloqué la sortie avec sa voiture et moi et LJ nous avons fumé le seul flic qui était dans la voiture pour ensuite prendre Ant's & se barrer, malheureusement, une putain de flic suivait la voiture lors de la fuite, en quelques temps la seule voiture s'est transformée en une dizaine, LJ a tenté de nous aider au maximum avec son camion mais en vain, on était encerclé, le pneu crevé je me suis tout de suite fait à l'idée que j'allais prendre la perpetuitée mais par grand bonheur (enfin comme vous voulez l’interpréter...) j'ai réussi a prendre mon arme & a tirer sur le seul policier qui avait la charge de me surveiller, ma balle n'a touché que son gilet par balles & j'ai reçu deux balles au niveau de mon estomac, il a tout de suite rebroussé chemin me laissant pour mort prêt du concessionnaire. Je voyais ma vie défiler, j'envoyais des messages a ma sœur qui ne m'est jamais venue en aide, j'avais les yeux fermé lorsque je vis Thunder, à qui je dois surement ma vie maintenant, il était accompagné de Mundo un autre gars du quartier. Mon traitement fut assez rapide, une fois chez moi, un ambulancier m'a administré les premiers soins m'enlevant les balles directement chez moi, à ma demande, une la plaie recousue et l'alcool déversé sur ceux-ci je n'ai pas hésité à sortir de nouveau de chez moi me tenant ainsi le bas du ventre du mieux que je pouvais, j'étais très satisfait car on avait réussi à sauver Ant's mais à quel prix? Puisque deux autres gars se sont fait arrêter, pour un d'entre eux ça s'est passé sur le lieu de l'action, après les menaces policières il a tout de suite capitulé et s'est légitimement rendu, l'autre plus tard dans la soirée, il s'agit de Rado, le déclencheur de la scène arrêté et placé en détention pour mineur, le plus jeune membre de la cliqua, à peine quatorze ans...

Edilio "Ed" Gavarro : 6 ans de détention à Pélican Bay, inculpé pour plusieurs chefs d'accusations, Complice d'un meurtre sur un agent, délit de fuite, possession illégale d'arme à feu et de substances illicites.

Radamel "Rado" Menendez : Emprisonné en maison d'arrêt pour mineur jusqu'à 18 ans, Complicité de meurtre sur agent, complicité de délit de fuite, refus d'obtempérer.

On pense à vous en pinta eses.

Chapter twenty six : Cecylia n'a qu'à bien se tenir.



Je venais justement de sortir de chez moi admirant le magnifique tag de Picasso, je me suis retourné afin de marcher jusqu'au gym pour rendre visite a Bernie mais une silhouette m'a tapé dans l’œil, une personne assez frêle, moyenne et sentant au loin la fraicheur de Colombie, je me suis instantanément retourné en me demandant si je ne l'avais pas déjà vu quelque part, lui a du faire la même chose puisqu'il me regardait d'un air assez perplexe hésitant à faire le premier pas, j'ai donc entamé la discussion en lui demandant qui était-il, je ne sais pas pourquoi je l'ai pris pour un junkie, j'ai vu dans ses yeux une colère assez naissante qui m'a tout de suite interpelé, nous nous sommes donc disputé et c'est au moment ou je finissais par tourner les talons afin de rentrer véritablement dans le gymnase qu'il m'agressa en me demandant qu'est-ce que je foutais avec le sweat de Phénom, la colère m'est montée d'un coup et je l'ai frappé à plusieurs reprises sans même savoir qui il était. Ce n'est qu'après s'être relevé qu'il compris qui j'étais et moi aussi d'ailleurs c'est à ce moment là que j'ai réalisé que je venais de frapper mon frère, mon frère qui revenait enfin, ma famille qui se réunissait de nouveau.
Il me reproche la mort de Gaby ce que je peux comprendre car c'est moi même l'auteur de ce meurtre, si jamais il l'apprend je ne donne pas chère de notre fraternité, la guerre sera déclenchée certainement c'est donc pour cela que je me rétracte à l'idée de lui annoncer, j'en ai moi même honte, je suis remplis de remords. Il m'a dit qu'il était la pour enquêter sur la mort de Gaby longuement & qu'il était revenu pour voir sa sœur, moi il ne m'a pas cité car tout simplement il m'en veux terriblement, il m'en voudras je pense tout le long de mon existance pour la seule et bonne raison que j'ai foutu en l'air la vie de Gaby.
D'un coté son arrivée me fait fortement plaisir car c'était vraiment la doublure de Cecylia donc lui pourras pourquoi pas la faire revenir à la raison, ce qui est fort possible le connaissant, nombreux des détracteurs de ma petite sœur vont subir une colère assez violente entrainant surement plusieurs mort sur son passage.

To be continued...

;Chapter twenty seven : Ma cavale, qui me soutient vraiment?



Ça fait un peu plus de deux semaines que je suis en cavale, je dois dire que c'est assez stressant de sortir de chez sois et de ne pas savoir si l'on va rentrer le soir même ou non, je suis obligé de sortir, je n'ai pas le droit de rester chez moi quitte à me faire prendre, je dois faire vivre mon quartier, protéger mes dealers, veiller à ce que rien ne change dans mon putain de barrio ese. Partout ou je vais je ne suis pas en sécurité, j'ai cette sale tête d'inspecteur de l'anti-gang qui me revient dans la tête sans cesse et je me dis vraiment que je vais bientôt rentrer en prison pour une vie, rentrer à perpétuité sans possibilité de remise de peine, l'anti-gang travaille jours et nuits sur mon cas en tentant par tout les moyens de m'arrêter, j'ai déjà esquivé quatre descentes de ce mouvement juridique, heureusement que je peux compter sur mes gars pour m'avertir quand il y a la police à l'aide d'un sifflement, d'un cri, d'un message, d'un bip, d'ailleurs je l'ai échappé belle aujourd'hui, j'ai reçu un message d'Ant's alors que j’étais entrain de conclure un deal important, j'ai du abandonner mon client et courir le plus vite possible.
La cavale, se sentiment de stress et d'adrénaline qui engouffre ton cœur et ton esprit, impossible de faire machine arrière les dès sont jetés c'est soit j’arrive à me faire oublier par la police en simulant ma mort, en l'organisant comme des les films, soit je crève ou je me fait embarquer à vie. Je n'ai que ma cliqua en qui je peux avoir une entière confiance, le reste m'ont renié ou ne sont pas au courant, qu'est-ce que j'aimerais reprendre ma vie normale, j'aimerais tant me promener dans la rue la bite à l'air sans que ces putains d'cops m'arrête... Je suis JACQUES MESRINE! une mise au point doit être faite au plus vite, je quitte le quartier quelques temps ou je change tout bonnement d'identité? Car personne n'a envie de me voir partir au vu de mon respect et mon travail fournis.

Chapter Twenty Eight ; La mort de Rafael.



Et oui je vais donc vous parler de ma propre mort, vous allez me demandez comment est-ce possible? Suis-je fou? Mais non, pas du tout je vous conte la fin de Rafael "Séto" Ortiz.

Comme je disais je suis en cavale depuis quelques semaines, je suis le MOST WANTED de la ville, je dois trouver un truc pour m'en sortir vivant ou libre donc j'ai décidé de créer ma mort de toute pièce, l'idée m'est venue sur un coup de tête, sur une longue réflexion sur le temps que j'allais me prendre si je me faisais chopper par la huja. C'est donc décidé, l'heure de ma mise en scène a sonné sur les coups de 5heures du matin, j'en avais longuement réfléchis et je m'étais dit que ça serait la meilleure chose pour tout le monde, je pense à ma sœur qui me haït & à mon frère qui m'tire la tronche jusque par terre, j'avais plus d'alternative et je ne voulais absolument pas revenir en arrière, j'ai donc pris ma voodoo habituelle, connue des services de police & de différents quartiers rivaux et je me suis envolé en direction du Jefferson Motel. Arrivé sur place je pris ma machette et je trancha mon doigt rapidement sans réfléchir afin de le laisser sur les lieux du crime; bien sur si j'aurais laissé ça comme ça cela n'aurait pas été crédible, j'ai donc du sacrifier un habitant de la même origine que moi & de la même morphologie, j'ai donc tout d'abord mit la voiture en feu pour que le corps brule assez pour ne pas que l'on puisse préserver des échantillons ou quoi que ce soit et j'ai jeté mon doigt a coté de la voiture le brulant un petit peu sur la partie supérieur afin de laisser vérifier l'ADN & l'emprunte de celui-ci.
Ma voiture avait donc explosé, je me retrouve de nouveau au point zéro espérant que cette histoire laissera ma futur vie tranquille, je surveillerais donc maintenant ma famille d'un œil discret, agissant à chaque fois sans dire un mot.

Pour la petite anecdote, je m'appelle dorénavant PHENOM en hommage à mon petit frère décédé il y a peu.

Chapter twenty nine : La vie après la mort.



Plusieurs semaines se sont écoulées depuis ma fausse mort et je dois dire que ça a choqué tout le monde cette histoire, parlons tout d'abord de ma petite sœur, celle qui montre le moins ses émotions, celle qui intériorise au maximum afin qu'on ne la prenne pas pour une pleurnicharde, elle est venue sur ganton dès l'annonce de cette mort afin de vérifier si je l'étais bien, ça s'est passé rapidement, elle était alcoolisée mais il y a des signes qui ne trompe pas, par exemple peu de personnes font 2 mètres, peu de personnes portent le maillot de leur frère décédé et se font appeler comme lui, donc elle le remarqua assez rapidement, je continuais a nier afin de la protéger au maximum, afin qu'il ne lui arrive rien, c'est alors qu'elle m'explosa sa bouteille de Tequila sur le crane, j'étais abasourdi, je me suis relevé les yeux noir de colère et je me suis avancé d'un coup, elle est partie rapidement mais je sais que je n'étais pas au bout de mes surprises.
Plus tard dans la soirée, elle revint armée d'un cuete sur le toit d'un bâtiment accompagnée de Picasso, je me suis même pas posé la question et je suis directement monté afin de la calmer, je lui ai donc dis que c'était moi Séto et que je faisais ça pour éviter tout les ragots à la police, elle m'a comprise, bizarre mais elle m'a comprise, je lui ai fait une nouvelle fois la morale et elle m'a demandé ce que je voulais qu'elle fasse, j'ai répondu simplement qu'elle devait oublier cet enfoiré & trainer avec nous.
Après cette discussion à deux, un homme, bouteille à la main s'invite dans la partie, c'est Gabriel, l'autre grand frère de Cecylia, ils rattrapaient le temps perdu j'ai donc décidé de partir et de retourner à la fête organisée dans mon barrio.
Quelques embrouilles par ci par là encore avec les CYCOS & la ZOE-POUND, mais sans aucun problèmes, c'est même comment dire... FACILE.

Une petite transition pour parler d'Edilio qui est enfin sortit de pintà avec le tatouage de la BB22, comme moi, on pourra faire tourner ça tranquillement nous deux, il n'a pas eu le temps de parler qu'il était déjà entrain de rejoindre ma petite sœur, ça a duré toute la soirée, bien entendu j'ai voulu savoir ce qu'il se passait, ils me répondaient toujours la même chose "rien, rien" j'ai donc appelé les deux cachotiers et ils m'ont plus ou moins annoncé qu'ils étaient en couple. Je ne sais pas comment je dois le prendre mais si ça fait oublier l'autre con j'accepte sans broncher surtout que j'ai une confiance aveugle en ED-CUTTER. On verra ou le destin les emmèneras.



Dernière édition par Rafael Ortiz le Dim 9 Fév - 14:51, édité 117 fois
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Mer 4 Juil - 19:46

SUITE
Chapter thirty : Entre JUMP/GUERRE/AMOUR.


Risas, ma petite soeur que je protège tant depuis le début est devenue une putain de CYCLONES, ouais j'ai décidé d'la foutre dans la cliqua après l'avoir vu maintes et maintes fois à l’œuvre, elle m'a prouvé qu'elle savait faire face à ses craintes et qu'elle pouvait faire honneur a la green army par de multiples actes différents. J'ai une confiance aveugle en elle et je pense que la plupart des gars l'ont aussi, à la fois calme & folle c'est vraiment une fille hors du commun une putain de LOKA, ça vous semble louche ce que je dis mais c'est la putain de vérité on dirait qu'elle est schizophrène, un coup elle peut t'sauter dans les bras et d'une minute à l'autre elle peut se changer en un véritable démon assoiffé de sang parfois elle arrive même à me faire peur... Chié en lui apprenant à tirer petit à petit, j'ai vu qu'elle maniait aussi bien l'arme que son grand frère, un putain d'plaisir à la voir tirer, je sais qu'au fond de moi c'est pas la vie que j'aurais voulu qu'elle mène mais elle a choisis celle-ci et je me dois de respecter son choix en m'assurant de la protéger jour et nuit.

Malditos, ces putains d'enfoirés qui nous ont volé le bar d'ACACIA STREET, on est vraiment en conflit total avec ces enfoirés, quand on se ramène pour leur foutre une putain de branlée ils veulent sortir les armes et ça se finis à chaque fois avec des morts de chaque cotés, ce qu'il s'est passé ce jour là c'est vraiment la date de déclenchement de cette putain de guerre entre latinos, ce que je trouve débile mais on va pas se laisser marcher sur les pieds merde, on va perdre beaucoup d'hommes mais la guerre va se terminer le plus rapidement possible, c'est là que je vais voir si mes hommes ont des putains de cojones et voir si il ne jure que par le GANG. Les provocations ont trop duré c'est maintenant l'heure de passer à l'attaque et je sais au plus profond de moi que j'ai pas des hommes derrière mais des putains de SOLDADOS.

Un amour pour un putain de - VRAI GANGSTER - comme moi? J'ai toujours pensé que c'était infaisable mais le destin m'a prouvé le contraire, cette fille au parfum d'argent, a l'allure bourgeoise & au franc-parlé arrogant m'a complétement tapé dans l’œil dès la première fois que je l'ai vu. On s'est rencontré sur le net, ouais sur le net bordel... On a tout de suite accroché-.. Nan je l'ai un peu bousculée j'avoue, de tous ses admirateurs c'est moi qu'elle a choisis, va savoir pourquoi? Un coup de chance peut être mais quoi qu'il en soit je la sent vraiment bien, on a passé une soirée ensemble à discuter calmement sans chercher de quelconque attouchements, j'ai pu en apprendre beaucoup plus sur elle, Mademoiselle est fille de bourge, elle poursuit des études en droit & ses deux sœurs rôdent dans la rues dans l'illégal mais j'ai cru comprendre que cette vie ne lui plaisait pas, qu'elle voulait changer de mode de vie et surtout qu'elle voulait tenir tête à ses parents qui la forçait a continuer les études, elle a vécu dans l'ombre de ses parents pendant plus de vingt années. La deuxième soirée rencontre était l'élément déclencheur de la "relation", le baiser, le sexe tout y était, a chaque fois que ses mains me touchaient la peau mes poils se hérissaient & j'ai su que c'était la bonne.

Avec tout ce blabla j'ai même pas parlé de son nom, une putain de COLOMBIENNE comme moi, DEANDRA.


Chapter Thirty-one : Une trahison qui coute la guerre.

Cette trahison c'était vraiment la chose à laquelle je m'y attendais le moins mais vraiment... Elle venait tout droit des Sureños de Corona, elle s'est abbatue sur moi comme un coup de massue, je n'eu pas le temps de bouger qu'une balle me heurta la poitrine, allongé, immobilisé j'ai lutté pour rester en vie le temps que les ambulanciers daigne à venir me prendre en charge, triste vie puisque cette trahison avait sonné le glas de la guerre, une guerre qui se propageras de cliqua en cliqua sauf si une trêve à lieu.




Edited - Chapter Eight - Nine 27/07.
Edited - Chapter ten + Eleven 28/07.
Edited - Chapter Twelve + Thirteen 3/08.
Edited - Présentation 03/08.
Edited - Présentation 17/08 - Bientôt l'arrivée du nouveau chapitre.
Edited - Chapter fourteen + Fiveteen + Sixteen 11/05.
Edited - Chapter sixteen + seventeen 10/08.
Edited - Ajouts de plusieurs screens 16/08
Edited - Chapter eighteen 12/09
Edited - Image de présentation. 12/09
Edited - Screens 15/09
Edited - Chapter nineteen 23/09
Edited - Chapter twenty 25/09
Edited - Chapter twenty one 30/09
Edited - Chapter twenty one fin + chapter twenty two 27/10
Edited - Chapter twenty three 03/11
Edited - Chapter twenty four 11/12
Edited - Chapter twenty five 12/12
Edited - Chapter twenty six 12/12
Edited - Chapter twenty seven 12/12
Edited - Chapter twenty eight 13/12
Edited - Chapter twenty nine 15/12
Edited - Musique/mise en page 19/12
Edited - Chapter thirty 25/12 .JOYEUX NOËL!


Dernière édition par Rafael Ortiz le Dim 9 Fév - 15:22, édité 29 fois
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Taylor Oakwood le Mer 4 Juil - 21:04

Pas mal, mais sa manque beaucoup d'image.
La présentation est toujours la même.
Sinon le contenue est guud.
avatar
Taylor Oakwood

Messages : 1734
Date d'inscription : 20/03/2012
Ancien Prenom_Nom : ROH2GUERRE.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Mer 4 Juil - 21:07

J'ai pas encore fini, j'ai déjà écris et j'ai mal au crâne pour aujourd'hui, les Images.. On est dans un contexte autobiographique donc bon quelques petites images à la rigueur et pour la présentation etc ça va venir, sinon merci.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Invité le Ven 3 Aoû - 23:02

Très beau background. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Adam Diaz le Sam 4 Aoû - 0:07

Énorme, j'aime beaucoup vivement la suite.

Adam Diaz

Messages : 807
Date d'inscription : 02/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Sam 4 Aoû - 1:21

Merci, ça va arriver très prochainement.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Invite2 le Dim 5 Aoû - 23:00

Vraiment propre, c'bien écrit, assez espacé en différentes parties, ça donne envie de lire, continue. Wink

Invite2

Messages : 24497
Date d'inscription : 25/04/2011
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Lun 6 Aoû - 14:35

La suite arrive dans les jours qui viennent, restez connectés.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Ven 17 Aoû - 15:09

Présentation éditée, nouveau chapitre en cours de rédaction.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Jevon Rogers le Ven 17 Aoû - 15:43

Une belle mise en page, bien rédigé. Bravo fils de pute
avatar
Jevon Rogers

Messages : 5258
Date d'inscription : 19/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Roth Zilberman le Ven 17 Aoû - 16:50

Bien joué. Beau Background.
avatar
Roth Zilberman

Messages : 2531
Date d'inscription : 30/07/2012
Ancien Prenom_Nom : Doyle_Cleaver


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Angel Flores. le Mar 21 Aoû - 13:40

J'aime bien, vivement la suite!
avatar
Angel Flores.

Messages : 712
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 22
Ancien Prenom_Nom : #Made in Canada.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par James Davis le Dim 26 Aoû - 2:46

Enorme, vraiment bien fait Wink
avatar
James Davis

Messages : 1936
Date d'inscription : 03/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Ven 31 Aoû - 22:14

Merci!


Dernière édition par Rafael Ortiz Irving le Mer 25 Sep - 15:41, édité 1 fois
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Sam 11 Mai - 0:05

Reprise du personnage !!
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Senon Murillo le Sam 11 Mai - 1:50

Excellent, vraiment. Il manque juste quelques images en plus, histoire de rendre le tout plus "frappe à l'oeil".
avatar
Senon Murillo

Messages : 3817
Date d'inscription : 11/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Ryan Mayfield le Sam 11 Mai - 14:19

Joli mon chou. king
avatar
Ryan Mayfield

Messages : 7015
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Sam 11 Mai - 20:25

Les screens tirés du jeu vont arriver, sinon merci c'est gentil, Sky merci mon coeur!
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Dim 12 Mai - 21:22

Edit de certaines formulations de phrases.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Ven 21 Juin - 20:17

Petit édit pour rectifier les fautes de syntaxe et autre.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Gabriel Ortiz banni le Ven 21 Juin - 22:40

Ryan Mayfield a écrit:Joli mon chou.  king
avatar
Gabriel Ortiz banni

Messages : 353
Date d'inscription : 05/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Kyle Ashmore le Sam 10 Aoû - 20:25

C'est bien!
avatar
Kyle Ashmore

Messages : 15689
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Invite2 le Sam 10 Aoû - 20:26

Propre, pute.

Invite2

Messages : 24497
Date d'inscription : 25/04/2011
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rafael Ortiz - L'insécurité règne en roi autour de moi. "money, murders, family and respect" [Chapitre 31]

Message par Vahram Derghavosian le Sam 10 Aoû - 20:26

Ouais trop pute.
avatar
Vahram Derghavosian

Messages : 6979
Date d'inscription : 03/05/2010
Ancien Prenom_Nom : 3'88


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum